Avec sa couverture de la fusillade en Californie, Snapchat passe aux choses sérieuses

50

Ce n’est pas la première fois que Snapchat couvre un événement d’actualité. Mais en proposant des images et des vidéos sur la fusillade de San Bernardino, qui a fait 14 morts et 21 blessés, mercredi, l’app de messagerie a réussi son baptême du feu. Et se positionne comme un acteur à surveiller sur le front de l’info en temps réel « crowdsourcée », alimentée par ses 100 millions d’utilisateurs quotidiens.

Alors que le drame était à peine terminé, avec la mort des deux suspects, Snapchat a publié une « live story » sur l’attaque, avec une trentaine de photos et de vidéos partagées publiquement par des utilisateurs présents sur place.

Ces contenus ont été sélectionnés et triés manuellement par l’équipe dirigée par l’ancien journaliste de CNN, Peter Hamby, recruté cette année par Snapchat, et complétés avec un titre et des légendes sur les principales informations fournies par les autorités. Intervention des forces de l’ordre, employés évacués, lycéens confinés dans un gymnase, victimes hélitreuillées… Le reportage, capturée par Business Insider, offre un aperçu brut et puissant de l’intensité de l’événement.

Un fact-checking plus simple

En face, Twitter, qui a récemment lancé l’outil « Moments », s’est principalement appuyé sur les tweets et les images de grands journaux. L’avantage de Snapchat avec une app uniquement disponible sur mobile, géolocalisée, et des photos/vidéos éphémères, c’est qu’il y a beaucoup moins de « fakes » et moins de multiples copies que sur Twitter.

Alors que des millions de personnes tweetent et retweetent aux quatre coins du monde, remonter à l’auteur originel et vérifier l’authenticité d’un message demande un long travail de fact-checking. Pour Snapchat, seuls les utilisateurs situés à proximité d’un événement ont la possibilité de soumettre leurs snaps publiquement. Peter Hamby et son équipe récupèrent donc une sélection plus réduite mais de meilleure qualité.

Un nouveau canal d’info pour les « milléniaux »

Environ 45 % des utilisateurs de Snapchat ont entre 18 et 24 ans, selon les estimations. 71 % des utilisateurs ont entre 18 et 34 ans. Alors que les audiences télévisées s’effondrent, l’app cofondée par Evan Spiegel attire les annonceurs. Jusqu’à présent, insérer une pub dans des vidéos de cinq secondes était compliqué. Mais dans des stories de deux ou trois minutes triées à la main, sur le débat des candidats républicains ou la venue du pape, c’est une autre histoire.

Outre ses efforts maison, Snapchat a également ouvert son app à des partenaires comme CNN, National Geographic, BuzzFeed, ESPN, qui peuvent proposer des contenus conçus pour l’ère du « glance journalism », l’info consommée d’un regard. Longtemps moqué comme une app de sexting pour ados, Snapchat est en train de passer à l’âge adulte à toute vitesse.

Facebook Comments

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Les commentaires sont fermés.