PRISE EN MAIN SAMSUNG GEAR S2 (SM-R720)

59

PRISE EN MAIN

Test : Samsung Gear S2, et s’il s’agissait de la meilleure montre du marché ?

Et si la meilleure montre connectée fonctionnait sous Tizen OS ? C’est ce que nous avons voulu vérifier en testant le nouveau modèle Samsung dont le fonctionnement rappelle parfois celui de l’Apple Watch.

la promesse

La Gear S2 est la dernière tentative de Samsung sur le marché des montres connectées. Ce modèle fonctionne sous le système d’exploitation Tizen, un OS maison, mais qui lui permet de fonctionner avec une grande variété de mobiles sous Android 4.4 (la liste complète est disponible ici) y compris s’il ne s’agit pas de modèle Samsung. La Gear S2 présente la particularité d’intégrer un cadran rotatif permettant de naviguer dans les menus de la montre. Comment s’en sort-elle face à ses concurrentes ?

la réalité

Le modèle sport et son bracelet en silicone (caoutchouc ?) est évidemment un peu moins joli que le modèle Classic dont le bracelet de cuir et le cadran en métal sont indéniablement plus chics. Pour autant, même dans sa version sport, la Gear S2 ne jure pas franchement au poignet, y compris sous une chemise ou une veste de costume.

Cela tient par ailleurs à son petit format puisque le diamètre est de 42,3 mm et l’épaisseur de seulement 1,1 cm (poids 47g). Notez qu’il est possible de remplacer très facilement le bracelet puisque Samsung en livre deux dans la boîte : un taille S et un taille L. Dommage toutefois qu’on ne puisse pas utiliser un bracelet de montre traditionnel.

La dernière spécifité de cette montre côté conception, et certainement la plus importante, réside dans son cadran rotatif, qui permet de faire défiler toutes les fonctions de la montre.

Tellement pratique !

Apple a sa « couronne digitale » sur son Apple Watch… Samsung réplique avec son « cadran tournant ». Et si les fonctions ne sont pas tout à fait les mêmes pour ces montres fonctionnant respectivement sous Watch OS et Tizen, ces dispositifs restent très pratiques.

Alors que sur les montres sous Android Wear il faut un peu tâtonner pour s’en sortir dans les menus des montres, nous trouvons l’interface du système d’exploitation Tizen de la Gear S2 beaucoup plus complet et plus intuitif. Lorsqu’on active le cadran, la montre affiche automatiquement une sorte de menu d’accueil donnant accès à la fonction de reconnaissance vocale (S-Voice), une icône « ami » permettant d’appeler ou d’envoyer un SMS à des contacts favoris. Le menu paramètres permet de configurer la montre (affichage, connectivité Wi-Fi et Bluetooth, verrouillage- de l’cran, etc.) et, enfin, le menu applications donne accès aux fonctions de la montre. Nous y reviendrons.

Pour accéder aux autres notifications, il faut continuer de tourner le cadran. S’affichent alors le nombre de pas effectués, ses rendez-vous, une interface pour piloter sa musique, une autre pour prendre ses pulsations, ou encore ses notifications de mails ou d’applis telles que Twitter et Facebook. C’est très complet donc, d’autant qu’il est possible de cliquer sur chacun des écrans pour obtenir plus de détails.

Il est ainsi possible, sous le menu agenda, de consulter ses rendez-vous sur toute la semaine. Idem pour les notifications d’e-mail. Un tapotement du doigt sur l’écran tactile permet de dérouler ses messages et même d’en consulter le contenu. Cet écran (360 x 360 pixels, 302 ppp) procure un confort tout à fait convenable, à condition toutefois d’avoir une bonne vue.

Quoi qu’il en soit, voilà un exemple concret qui prouve que Tizen va beaucoup plus loin qu’Android Wear dans la lecture des messages. Bien sûr comme toutes les montres connectées, la Gear S2 délivre des notifications lors de l’arrivée d’un SMS, d’un mail, d’une application (Facebook, Twitter, etc.) et permet de répondre ou de refuser un appel entrant.

À noter toutefois que le micro intégré ne permet pas d’utiliser la montre comme un kit mains libres. Celui-ci intervient dans les commandes vocales de S-Voice. S’il est difficile de déterminer si les fonctions sont plus ou moins riches que celles proposées par Android Wear ou Watch OS (impossible de toutes les comparer), on peut affirmer que pour des usages de base comme la dictée de SMS, la consultation de la météo ou les appels, cette technologie fonctionne très bien. D’ailleurs ce n’est pas vraiment surprenant puisque derrière S-Voice, c’est la technologie Nuance qui officie.

Tizen, un véritable OS presque autonome

En plus des notifications plus complètes, la Gear S2 donne accès à tout un univers applicatif, dont le nécessaire pour faire du sport. Ainsi les détenteurs de compte Nike+ pourront utiliser les capteurs cardio, accéléromètre et gyroscope intégrés à la montre pour mesurer leur activité.


Et la Gear S2 fonctionne évidemment avec l’application S Health de Samsung. Celle-ci est d’ailleurs assez bien conçue. Elle offre évidemment un résumé assez détaillé de toutes vos activités dans une interface très simple à comprendre.

Dès le menu d’accueil, S-Health indique la mesure des calories dépensées (qui sont largement sur évaluées, comme c’est souvent le cas sur ce type de tracker d’activité), le nombre de minutes actives, de pas effectués, le rapport d’une course ou d’un parcours à vélo, mais aussi un lien direct vers les mesures de fréquences cardiaques.


À l’image des applications de sport les plus complètes (Runtastic, Jawbone, etc.), S Health permet d’ajouter les différents aliments qu’on a ingérés au fil de la journée pour contrebalancer les calories dépensées. Là encore, ce menu est assez bien fait puisqu’il est carrément possible de piocher dans une base de données pour rechercher des plats.

Tizen OS s’étoffe toujours

Du côté des magasins d’applications, en l’absence de chiffres officiels, difficile de se prononcer sur le nombre d’applications disponibles dans chacun des stores : Android Wear, Watch OS ou Samsung Gear Apps. D’autant que parmi ces applications, on trouve des « watch faces » par centaines et de petites applications dont l’intérêt est tout à fait discutable. Nous aurions bien aimé, par exemple, enrichir les fonctions de notre Gear S2 en lui ajoutant l’application Here Navigator, très pratique pour vous faire guider avec un mode piéton par exemple.

Enfin, la Gear S2 ne fait pas de miracle du côté de l’autonomie. Même si elle se place dans la moyenne, elle ne dépasse pas les deux jours d’autonomie avec un usage assez intensif. Pour la recharger, il suffit de la déposer sur sa base magnétique qui la recharge par induction.

le verdict

Si nous avions rapidement identifié la Gear S2, lors de notre première prise en main rapide comme une montre connectée très prometteuse, notre test complet nous permet d’arrêter notre verdict : elle est géniale ! Sans aucun doute la meilleure alternative à l’Apple Watch et aux autres LG Watch Urbane. Et si l’idée de dépenser 349 euros dans un tel accessoire vous paraît totalement délirante, nos conclusions pourraient bien vous faire changer d’avis. La Samsung Gear S2 est chère, mais c’est un vrai petit « bijou ». Son système de cadran tournant est une excellente idée qui facilite grandement la navigation dans les menus. On aime par ailleurs son interface très réactive et riche. Riche, la montre l’est aussi par ses capteurs qui profiteront notamment aux sportifs. Bref, la Gear S2 devrait trouver son public parmi les amateurs de ce type de produits. Car si de nombreuses personnes les qualifient encore d’inutiles, lorsqu’elles sont aussi réussies que la Gear S2, les montres connectées deviennent très pratiques au quotidien.

Facebook Comments

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Les commentaires sont fermés.